Protéger nos ruches contre le frelon asiatique

Comment protéger nos ruches contre le frelon asiatique ?

C’est la question que tous les apiculteurs se posent actuellement !

3 grandes catégories d’actions sont possibles:

    • le piégeage sélectif
    • le muselage des ruches, c’est à dire la pose de muselières ou de grillages, ou d’un adaptateur à l’entrée des ruches
    • la pose d’une muselière-piège à l’entrée des ruches, c’est à dire une protection rapprochée des ruches servant en même temps de piège à frelons

Le piégeage sélectif

De nombreuses informations contradictoires circulent à ce sujet. A côté d’informations sérieuses, on trouve aussi sur le Net des techniques peu respectueuses, qui ne tiennent aucun compte de leur impact sur l’environnement. Des recommandations faites par des scientifiques très sérieux à un moment donné peuvent également devenir obsolètes quelques années plus tard grâce à l’évolution rapide des connaissances dans ce domaine.
Il faut donc être particulièrement prudent et critique lorsque l’on s’informe sur les techniques de piégeage.

Actuellement (février 2021), voici donc ce qui nous semble le plus efficace pour piéger les frelons asiatiques

Quel type de piège utiliser ?

Le piège à frelon asiatique Red Trap est construit dans une boîte en bois, équipée, selon les modèles, d’une ou de 2 grilles à reine sur les petits côtés,  pourvue(s) d’un cône grillagé très resserré côté intérieur (10 mm) pour ne pas que les frelons ne puissent pas ressortir, et d’un couvercle en plexiglas. Les parties en bois sont peintes en rouge car cette couleur attire le frelon. Les frelons asiatiques entrent dans le piège via le cône grillagé et se retrouvent bloqués à l’intérieur, tandis que les abeilles et les petits insectes peuvent facilement ressortir par la grille à reine.

Le piège Belgian Trap est une variante du Red Trap développée par le CRA-W; les 2 petits côtés sont en bois; ils sont pourvus de 2 entrées coniques se terminant par un diamètre d’ouverture de ± 8 mm afin que les frelons européens ne puissent pas entrer; une grille à reine souple est placée sur un grand côté et revient partiellement sous la face supérieure, offrant une plus grande surface pour la sortie des petits insectes.

Red Trap

Belgian Trap

Le piège Jabeprode (« JAFFRÉ’S BEE PROTECTION DEVICE », inventé par Denis Jaffré, apiculteur à Locmélar dans le Finistère) est composé de plusieurs parties:

  • 2 Modules d’Accès Sélectifs (MAS); ce sont des entonnoirs grillagés de forme tronc pyramidale fixé sur une platine base grillagée, en polypropylène ou en polycarbonate . Ils permettent une entrée aisée des reines de frelon asiatique car parfaitement calibrés à leur thorax tout en interdisant celle d’une reine de frelon européen. Les mailles du grillage permettent la sortie aisée des abeilles et autres insectes de taille équivalente ou inférieure grâce à une pente adaptée. De par leur structure grillagée, les MAS permettent la circulation des effluves attractifs de l’appât.
  • un Bac de Capture Préventif et Autonome (BCPA); un BCPA est constitué de 3 éléments:
      • la partie inférieure, séparée par un fin grillage, contient l’appât (les insectes n’ont pas accès à l’appât, ni par l’intérieur ni pas l’extérieur !!)
      • la partie supérieure est le bac de capture proprement dit, sur lequel sont fixés les  2 MAS
      • un toit hermétique et bien dépassant couronne l’ensemble

Bac de Capture Standard avec 2 MAS

Bac de Capture XL; on voit bien le tiroir à appât.

Le Bac de Capture a bien fonctionné !

Il est aussi possible de fixer les MAS sur un support de sa construction

Il est à remarquer qu’avec cette construction tous les effluves circulent à travers ces nasses, attirant ainsi idéalement les frelons ! Le BCPA de Denis Jaffré a été primé au concours Lépine de Paris en 2018

Fabriquer soi-même ses pièges sélectifs

L’apiculteur peut bricoler lui-même son piège sélectif, par exemple en fixant les MAS Jabeprode (achetés) sur une vieille hausse, ou sur un encadrement de sa construction.

Ci-dessus: exemple d’installation d’une paire de MAS dans un chapiteau:  la ruche (morte durant l’hiver et fermée) sert d’appât: elle est vide d’abeilles mais contient des cadres de miel attractifs au printemps. Une grille à propolis souple est placée sur les cadres pour y empêcher l’accès des insectes. Selon le type de plancher, il peut être nécessaire d’obturer aussi le fond pour empêcher l’accès de certains insectes et la perte d’effluves attractifs.

Jabeprode Fiche technique pg1-3      Jabeprode Fiche technique pg4-6  (PDF)

Plan de fabrication d’un piège sélectif (PDF)

Pour ceux qui disposent d’une imprimante 3D, il est également possible de réaliser soi-même ses modules d’accès: fichiers STL ou F3D disponibles: http://meolice.be/node/45

Le ‘piège-bouteille sélectif Carole’: sur base de divers modèles qu’elle a regardés sur le net, notre collègue apicultrice Carole travaille à mettre au point un piège qu’elle veut peu coûteux, facilement réalisable par tous, facilement transportable, pour lequel il est possible d’utiliser des appâts différents, dans lequel les insectes ne se noient pas pour que le frelon vivant en attire d’autres et qu’il soit possible de contrôler les prises, et finalement facile à congeler ou noyer ensuite.

Au fond de la bouteille entière,  elle a fait 5 trous de 4mm afin que les effluves de l’appât passent au travers mais pas les insectes. Sur cette même bouteille, elle a mis d’un côté un morceau de grille à reine souple et sur l’autre côté de la bouteille elle a fait quelques trous de 6mm de diamètre, ce qui donne 2 possibilités d’échappatoire aux insectes non ciblés. Sur le dessous elle fixe une partie de bouteille identique qui sera destinée à recevoir l’appât, à l’aide de papier collant. Le goulot de cet ensemble est suspendu à un piège ‘Tap Trap’.

Ce modèle est encore un prototype: toutes les contributions sont les bienvenues !

Le matériel nécessaire

Les pièges Tap Trap

Quelques trous de 6mm sur le côté de la bouteille de capture pour laisser s’échapper les insectes non ciblés

Quelques trous de 4mm dans le fond de la bouteille de capture pour laisser passer les effluves sans laisser passer les insectes

Gros plan sur la grille d’échappement

Le piège fini

Le ‘piège-bouteille sélectif FDGDON du Morbihan’ avec dispositif de sortie des petits insectes non-ciblés, trou d’entrée réduit pour bloquer l’entrée des plus gros et galets-gravillons évitant la noyade: Piège FDGDON du Morbihan(PDF)

Quand faut-il piéger ? A quelle époque ?

Tout d’abord, il est déconseillé de placer des pièges avec appât près de son rucher tant qu’on n’y a pas observé de frelons asiatiques, sauf éventuellement si un nid était tout proche l’année précédente. Ce n’est pas la peine de les attirer.

Au printemps, on piège les fondatrices: si on piège une fondatrice avec succès, c’est toute sa colonie qu’on élimine ! Par contre, beaucoup d’entre elles meurent naturellement avant d’avoir pu fonder une colonie, principalement à cause de la compétition entre les fondatrices; un territoire libéré par la mort d’une fondatrice peut donc être occupé par une autre; cela réduit l’intérêt de piéger à ce moment.
En été et en automne, on piège des frelons-ouvrières: il faut donc en piéger beaucoup pour affaiblir véritablement les colonies de frelons ! Mais on peut de la sorte alléger un peu la pression de prédation et le harcèlement des ruches.

Gilles Lanio recommande de placer d’abord un simple appât durant quelques jours, simplement protégé des pies, corbeaux ou hérissons, et de mettre ensuite le piège à cet endroit: c’est de cette façon que le piège est le plus efficace. L’opération peut être répétée si le piège perd de son efficacité.

Le sujet du piégeage prête à controverse. Il semble cependant que les critiques sont surtout liées à l’utilisation de pièges non sélectifs. Avec des pièges sélectifs et un relevé régulier pour relâcher les insectes non ciblés, le piégeage peut être réalisé de mi-mars – avril (les jeunes reines émergent quand la T° ambiante est de 13° minimum pendant 6/7 jours) jusqu’à novembre,  à partir du moment où les frelons asiatiques sont installés dans la région.

Le piégeage n’est cependant jamais une solution définitive: l’idéal est de repérer et de détruire les nids, particulièrement les nids primaires, quand ils ne sont pas encore trop gros (4-10cm) ni trop haut.

Où faut-il piéger ? Combien de pièges utiliser ?

Pour la protection d’un petit rucher (jusqu’à 8 ruches) un seul grand piège est normalement suffisant: à placer 3m à l’arrière des ruches. Au-delà de 8 ruches, il est conseillé d’installer un piège à chaque extrémité, à 3m de la ruche la plus écartée et sur l’arrière de l’axe des ruches. Pour un très grand rucher (plus de 20 ruches), il peut être utile de disposer un troisième piège au centre et toujours sur l’arrière des ruches. Cependant, il peut être intéressant de déplacer légèrement un piège et les prises peuvent devenir plus importantes

Pour les petits pièges-bouteilles, il peut être nécessaire d’en disposer plusieurs en fonction de l’importance de la prédation.

Emplacement et quantité à contrôler donc, comme les autres variables du piégeage

Quel appât utiliser ?

Au printemps, en préventif, on peut utiliser un mélange alcoolisé de bière brune, vin blanc et sirop de fruits, ou cassis, ou nectar de banane, qui est attractif pour le frelon sans attirer les abeilles (l’alcool repousse les abeilles). Eviter les appâts purement sucrés.

En été, en curatif, il est possible d’utiliser de la matière carnée comme des restes de poisson cru (à remplacer tous les deux/trois jours), ou des croquettes au poisson ou à la viande pour chat. Les restes de poissons gras, les crustacés (têtes de crevettes cuites) et coquillages sont des substances carnées très prisées par les ouvrières pour nourrir leur progéniture.

Il existe également un attractif industriel à base d’extraits végétaux sensé être sélectif pour le frelon asiatique; il est commercialisé par VetoPharma sous le nom de VespaCatch – A TESTER

Dans ce domaine aussi, le sujet prête à controverse, on trouve des informations diverses et contradictoires,  et il est nécessaire de contrôler régulièrement les résultats de ces essais.

L’appât liquide ne peut jamais être accessible aux insectes pour éviter leur noyade et le préserver le plus longtemps possible.

Des îlots constitués d’éponges de mousse disposés dans des baquets forment de bons diffuseurs d’effluves olfactifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrôle du piégeage & entretien du piège

Comme vous l’aurez compris, aucun type de piège, aucun type d’appât n’est actuellement entièrement sélectif ni efficace à 100%. Il est donc important de relever les pièges régulièrement, si possible quotidiennement, et de contrôler les résultats du piégeage, surtout en début d’utilisation. Tous les 8-10 jours au maximum (tous les 3-4 jours en cas de grosses chaleurs), il faut renouveler l’appât, ce qui permet de conserver une efficacité et de limiter les prises d’insectes non-ciblés. Il est préférable de laisser quelques frelons dans le piège, cela améliorera l’attractivité.

Deux choses sont à contrôler:

  • capture-t-on effectivement des frelons asiatiques en suffisance ?
  • ne capture-t-on pas des espèces non ciblées (à libérer) ?

Si on constate un dysfonctionnement dans l’un ou l’autre sens, il est préférable de retirer le piège et d’en corriger les défauts. Ne jamais laisser le piège trop longtemps s’il n’y a pas de prises ou si elles sont en train de moisir, ce qui le rend répulsif.


Les bacs de capture sélectifs de frelons Asiatiques: un article de Jean-Luc Strebelle publié dans ‘Apiculture en Wallonie’ n°3 de mai-juin 2020 (PDF)

L’appâtage, la recherche et la neutralisation des nids par différentes techniques: un article sur le blog de l’Abeille Périgordine

Frelon asiatique: Comment agir à l’échelle de ma collectivité (PDF): UNAF – Guide Pratique Frelon asiatique

Conférence de Gilles Lanio le 19/02/2021 « Aspects pratiques de la protection des ruchers contre le frelon asiatique » https://butine.info/proteger-les-ruchers-face-au-frelon-asiatique/ ; le résumé (PDF): Conseils prodigués par Gilles Lanio

https://www.icko-apiculture.com/piege-a-frelon-asiatique-red-trap.html (prix indicatif 26,99€)

https://www.beeboxworld.com/accueil/1228-belgian-trap-piège-à-frelons-asiatiques.html  (prix indicatif 22,99€)

https://www.jabeprode.fr
(prix indicatifs: MAS PPP 9,60€/paire; MAS PPC 12,60€/paire; BCPA STD 50,00€)
Voir également le reportage photographique de construction d’un bac de capture Jabeprode publié dans la  Revue N 84 novembre 2020 du CRA Nivelles

https://www.taptrap.com/fr/piège/tap-trap
https://www.beeboxworld.com/pieges-a-frelons/1227-piège-à-frelons-tap-trap.html (prix indicatif 9,90€/5)


Le muselage des ruches

L’idée de poser des muselières à l’entrée des ruches part de plusieurs constats: plus que la capture des abeilles en plein vol, c’est leur introduction dans la ruche pour piller le couvain et leur présence près du  trou de vol qui bloque les abeilles dans la ruche, qui sont néfastes pour la colonie.

La première idée fut de réduire la taille du trou de vol pour empêcher l’entrée des frelons asiatiques et le pillage du couvain, qui peut être fatal (p.ex. grille verte de Nicot). Mais cette pratique a des inconvénients:

  • les reines et les mâles ne peuvent pas, ou peuvent difficilement passer,
  • en pleine saison, cela provoque un embouteillage à l’entrée qui facilite la prédation par le frelon, ce qui a également une forte incidence sur la colonie !

On a également constaté que le stress engendré par la présence des frelons et les phéromones qu’ils déposent à proximité immédiate du trou de vol bloquent les abeilles à l’intérieur de la ruche, les empêchent de mener leurs activités normales de butinage, et entraîne un affaiblissement graduel important de la colonie.

Les muselières tiennent les frelons à distance, ils ne peuvent plus rentrer dans la ruche ni déposer leurs phéromones sur la planche d’envol; les abeilles sont moins stressées et conservent un comportement de butinage proche de la normale.

Plusieurs types de muselières existent et l’on peut facilement s’en confectionner soi-même.

Certains types ont des mailles serrées (5,5 – 6 mm) qui ne laissent pas passer les frelons, tout en permettant la circulation des abeilles. Il faut cependant veiller à ce que les abeilles ne soient pas trop perturbées, même en cas de vol massif, et à ce que les faux-bourdons et les reines puissent passer librement; on conseille donc de garder un écartement de 5,5-6 mm entre la muselière et la paroi de la ruche pour le passage des abeilles

D’autres types de muselières ont de mailles plus larges (10, voire 17 ou 19 mm) qui peuvent laisser passer les frelons, mais pas en volant; les concepteurs ont constaté que peu de frelons pénètrent effectivement dans ces cages, et que ceux qui le font y sont fortement perturbés et se font attaquer victorieusement par les abeilles sentinelles. Ce type de muselière perturbe nettement moins les abeilles. Par contre, il semblerait que les frelons peuvent s’habituer à la présence des muselières, et qu’elles peuvent perdre leur efficacité avec le temps.

Muselière à petites mailles

Ce piège est surmonté d’un tasseau à 45° et pourvu de vis pour régler l’écartement du piège par rapport à la paroi de la ruche

Muselière HiveProtect, à grandes mailles

Muselière StopIt

D’une manière générale, il est conseillé de placer les muselières tôt dans la saison, bien avant une attaque massive des frelons afin que les abeilles s’y habituent et puissent mieux organiser leur défense en cas d’attaque.

L’adaptateur NORMA

L’adaptateur NORMA est une variante intéressante à la muselière; c’est une création de Mr Norbert MATHIEU qui a obtenu  le 4ème prix de l’innovation au 1er congrès international d’apiculture et d’apithérapie de Rouen le 27 octobre 2018.

Grace à cet adaptateur, les abeilles doivent rentrer et sortir de la ruche au travers d’un large tuyau coudé. Protégées dès leur envol par le tube coudé, elles en sortent avec une vitesse suffisamment élevée pour rendre difficile l’attaque par les frelons. Les gardiennes ne se trouvent pas à la sortie du tuyau coudé mais restent restent à l’intérieur de la ruche; elles ne transmettent plus leurs phéromones et leurs vibrations aux frelons. De ce fait, la ruche est  moins perceptible aux frelons; ces derniers ne développent alors pas leur caractère agressif lorsqu’ils sont à proximité des ruches. Un frelon ne s’aventurera pas à rentrer à l’intérieur sombre de ce tuyau coudé. Si un frelon se pose sur le coude, les gardiennes viennent l’attaquer agressivement, l’emballent et prennent le dessus.  Il faut prévoir un système pour que l’eau de pluie rentrée dans ce coude s’évacue naturellement.


Fiche technique du CARI: Protéger les ruches face au frelon asiatique: https://www.cari.be/medias/abcie_articles/186_fiche_produit.pdf

http://rucherdumoulin.com/au-rucher/luttes-contre-les-nuisibles/frelon/hive-protect-protection-ruches-sur-frelon-asiatique (prix indicatif 29,95€)

https://www.stop-it.fr
https://www.beeboxworld.com/pieges-a-frelons/1148-museliere-stop-it-contre-frelon-asiatique.html (prix indicatif 16,50€)

https://lesamisdesabeilles.fr/fabrication-dune-museliere/

Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) de Jouy le Moutier: Protection des ruches contre le Frelon Asiatique 2018 (muselières et adaptateur NORMA; prix sur devis)


Les muselières-pièges ou pièges à bec

A l’origine, la muselière-piège a été inventée par ‘Fernando’, un apiculteur espagnol; en France, elle a été largement promue et améliorée par Fred Soulat.

Pour résumer, on peut dire qu’une ou deux bouteilles pièges sont couplées à une muselière: les abeilles peuvent rentrer et sortir de la ruche par la planche d’envol; si, en sortant, elles montent dans la muselière, elles peuvent s’en échapper par des petits orifices; les frelons rentrés par la planche d’envol ont normalement le réflexe de monter dans la muselière où ils sont dirigés vers les bouteilles-pièges dont ils ne peuvent ressortir.

Le principal avantage de la technique, c’est qu’il n’y a pas d’appât et donc pas d’attraction d’insectes non visés par le piégeage: seuls des insectes tentant de venir piller la ruche peuvent être piégés ! Les abeilles, reines et faux-bourdons peuvent normalement entrer et sortir librement (à condition de bien respecter les cotes !!)

Au niveau de la planche de vol, la muselière revient à 1cm au-dessus de celle-ci; les abeilles peuvent donc entrer et sortir librement par là. Les frelons asiatiques peuvent également y accéder et éventuellement y prélever une abeille; mais lorsqu’ils veulent s’en échapper, leur instinct leur indique de s’élever et de voler, et c’est alors qu’ils entrent dans la nasse; la seule issue, c’est une bouteille, dont ils ne peuvent plus s’échapper: ils tombent dans un liquide savonneux (inodore pour ne pas attirer les insectes) dans lequel ils se noient. Les abeilles qui tentent de sortir par la nasse peuvent s’en échapper par des mailles à bonne dimension, voire par les mailles aménagées dans la bouteille elle-même.

Fred Soulat trie et compte régulièrement les insectes capturés pour évaluer l’efficacité et la sélectivité du piège

En quelques mois, de nombreux détails techniques ont évolué: inclinaison du plancher, type de grillage et taille des mailles, ouverture à l’avant de la muselière,  protégée ou non par une grille à positionnement variable, 1 ou 2 bouteilles, goulot à l’entrée de la bouteille, …

Voici un autre prototype réalisé par un ami de Carole:

8 photos muselière-piège prototype


Il n’y a pas de description synthétique de la muselière-piège, mais un ensemble de vidéos sur Youtube qui illustrent pas à pas la fabrication, la correction et l’amélioration du concept. Il peut être difficile de comprendre un épisode sans avoir vu les épisodes précédents; toute affirmation dans un épisode peut être corrigée, contredite ou améliorée dans un épisode suivant …

1. https://www.youtube.com/watch?v=upopJBmmX3c ;   3/10/2020 – introduction, présentation générale (16’36)
2. https://www.youtube.com/watch?v=j-Zh6yb4V4M ; 05/10/2020 – cotes et instructions de montage (22’49)
3. https://www.youtube.com/watch?v=ZSXhTxGs2_o ; 07/10/2020 – bilan après 7 jours & premières observations (10’33)
4. https://www.youtube.com/watch?v=t14cq-TtZIM ; 31/10/2020 – conseils & modifications (16’06)
5. https://www.youtube.com/watch?v=AdV9PEJecHA ;  20/11/2020 dernières (??) modifications (16’38)

Parmi les vidéos de Fred Soulat, vous pourrez également trouver des tests (et des propositions d’améliorations) de différents types de muselières et de la planche Norma


Muselage
Et Piégeage
De ce maudit frelon
Nos avettes protégeront
(Du moins, nous l’espérons …)